Hôtel National des Arts et Métiers

Difficile d’imaginer ce que réserve cette façade discrète de la rue Saint Martin. Deux immeubles haussmanniens réunis autour d’une cour intérieure, véritable poumon et cascade de lumière sur la fresque enivrante du peintre Gaël Davrinche, l’Hôtel National des Arts et Métiers s’inscrit dans la liste de ces lieux haute-couture au charme luxueusement intemporel, particulièrement inoubliable. Lorsque Samy Marciano, le propriétaire de l’hôtel, retrouve Raphaël Navot, l’un de ses designers favoris, c’est pour un chantier pharaonique et audacieux où tout semble possible. Ne reculant devant aucuns rêves Raphaël et Samy se jouent des matières et des formes avec délectation. Dès l’entrée le ton est donné avec ces piliers en pierre de taille au plissé délicat et surtout façonné à la main ou cette cascade tubuesque et métallique de cuivre oxydé, subtils clins d’oeil empruntés à l’univers parisien. Sol de granit, béton satiné dans les chambres, fougères sauvages ou encore bois brûlé, autant de détails soignés qui résonnent comme une ode à la matière brute et à l’artisanat. Le processus de création de Raphaël Navot est intense. Écriture d’un manifeste, dessins, recherche sur l’artisanat dans tout ce qu’il a de plus intemporel : l’homme nous livre ici quelques éléments à couper le souffle notamment un escalier de marbre, ovni organique tout en courbes et au toucher chatoyant. Au plaisir des yeux s’ajoute une mélodie de saveurs et d’odeurs où la gastronomie italienne est au centre de toute les attentions. Entre la Cicchetteria et ses tapas vénitiens, la carte soignée du Ristorante National – imaginée par le trio Julien Cohen, Jean-Pierre Lopes et Thomas Delafon – a de quoi ravir les palais les plus avertis. Et pour les amateurs de spiritueux, l’Herbarium bar invite à un éveil des sens et propose des cocktails conçus tels des parfums par le mixologue Oscar Quagliarini. Lieu intemporel et chaleureux, on ne peut douter que l’Hôtel National des Arts et Métiers se transforme en étape obligée de toute déambulation parisienne.

Lire l’article complet sur Socialite Family